J’ai toujours été un très grand fan d’Albert Dupontel, et de l’univers si particulier qu’il arrive à mettre en place dans ses films. Je l’apprécie aussi en tant qu’acteur, même si les rôles qu’il s’octroie dans ses propres films ne sont clairement pas ses meilleurs. Bref, j’étais donc plutôt excité avant la projection de son nouveau film “9 mois ferme“. On attaque, comme d’habitude, avec le synopsis :

Ariane Felder est enceinte ! C’est d’autant plus surprenant que c’est une jeune juge aux mœurs strictes et une célibataire endurcie. Mais ce qui est encore plus surprenant, c’est que d’après les tests de paternité, le père de l’enfant n’est autre que Bob, un criminel poursuivi pour une atroce agression ! Ariane, qui ne se souvient de rien, tente alors de comprendre ce qui a bien pu se passer et ce qui l’attend…

Le point de départ est clair, du coup, le plus intéressant n’est pas forcément l’histoire (même si les rebondissement sont bien là). Non vraiment, c’est le jeu cabot des deux protagonistes principaux (mais aussi quelques seconds rôles savoureux comme l’avocat Trolos, bègue, et magnifiquement joué par Nicolas Marié). Sandrine Kiberlain est, comme à son habitude, parfaitement à l’aise, y compris dans les moments plus calme. C’est d’ailleurs de son personnage que découle certains des passages les plus riches en émotions. Parce que ce film vous fera rire, c’est un fait, mais pas seulement. Comme d’habitude Albert Dupontel joue un personnage assez proche de son Bernie fétiche, ce qui est un peu ennuyeux certes, mais bon, comme je suis fan, cela tient la route pour moi !

Ne vous attendez malgré tout pas à un film culte. Il est court, et la fin est plutôt convenue. Dupontel nous emmène à nouveau dans un film qui raconte une rencontre improbable, et ajoute à cela son univers un peu Grand Guignol, parfois trash. Pour autant tout ceci est contre balancer par une galerie de personnages drôles et bien caricaturaux. Un bon moment donc, que l’on pourra juger trop court (1h22), mais qui devrait vous transporter de la détresse à la joie, avec une finesse toute particulière.

PS : Bien regarder les messages qui défile lors des passages “télé d’information”.

9MoisFerme